Gérard Lenorman

Chanson

Après avoir séduit le Québec dans les années 70 avec d'énormes succès tels que La Ballade des gens heureux, Le gentil dauphin triste et Voici les clés, cet artiste d'exception dont la réputation n'est plus à faire offre un spectacle mémorable à l'aube de ses 75 ans.

 

En 1969, Gérard Lenorman faisait un peu peur. Il était coiffé comme un Playmobil. Sur les plateaux de télévision, il chantait avec une joie presque effrayante, les yeux écarquillés. Et, à la pose extatique, il ajoutait sans complexe des paroles heureuses. Double blasphème... Car, cette année-là, Serge Gainsbourg susurre Elisa, Johnny Hallyday hurle Que je t'aime et France Gall, boudeuse, joue La poupée qui dit non. On chante l'érotisme ou les blessures amoureuses, la mine sombre. Il ne viendrait à l'esprit de personne de sourire derrière un micro. Sauf Gerard Lenorman. Dès 1970, il prévient Laissons entrer le soleil, adaptée de la comédie musicale Hair. Ses chansons tournent autour des jours heureux, des fêtes des fleurs, des éclaboussures de mémoire, très loin des poses destroy et des astres noirs.

Un rocker? Pas loin... Gérard Lenorman a compris, le premier, que le bonheur est une vraie rebellion. Il a flairé qu'une Ballade des gens heureux, en 1975, soulevait plus de montagnes qu'une guitare cassée sur une baffle. Qu'à un moment ou à un autre, la communauté humaine réclamerait sa part d'espoir et de regard écarquillé. Alors, depuis quarante ans, le Petit Prince mène sa révolution, un sourire aux lèvres.

 

Vendredi 22 mai 2020 | 20 h 
Régulier : 66,50$
Étudiant : 56,50$
Privilège : 62,50$
Salle Desjardins
Présenté en
collaboration avec
Test E